BIO

Quand photo rime avec voyage on se retrouve très vite à l'autre bout du monde avec un appareil photo en bandoulière. Après avoir quitté l’école photo des Gobelins à Paris, comme la Seine n'était pas un affluent de l'Orénoque, j'avais peu de chance de tomber un jour sur un indien Piaroa. Alors, basta les studios..! Un point sur la carte, j'irai dormir là-bas..! Billet d'avion en poche, l'apprenti globe trotter que j'étais prend la poudre d'escampette pour le bout du monde. Pas mal d'Afrique, de l'Asie, puis les Amériques. C'est le tiercé dans le désordre de mon itinéraire des trois A. Indiens féroces, plages de rêves, intrigues douanières, escadrilles de moustiques, hôtels à puces, déraillement en train... Tout y passe, enfin presque ! 35 ans et 11 boitiers plus tard il y a moins de Terra Incognita sur ma carte du monde, et désormais plus de pellicules dans mon reflex. Mais la photographie voyageuse, distribuée par l’agence parisienne Hemis, est toujours intacte. Voilà 10 ans, j’ai posé mon sac à Sète, la ville où les nomades peuvent se sédentariser. C’est à présent dans mon atelier installé au Quartier Haut que j’articule mon travail autour de l’objet photographique, en utilisant des techniques mixtes de tirages.